Atlas Social de la métropole nantaise https://asmn.univ-nantes.fr Atlas social de la métropole nantaise fr L’urbanisation dans les périphéries du pôle urbain nantais. Le rôle des opérateurs de logements individuels https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=811 La région Pays de la Loire est une des premières régions françaises concernées par des dynamiques d’étalement urbain d’après les travaux du CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et d’aménagement). En Loire-Atlantique, les franges rurales de l’aire urbaine nantaise contribuent fortement à la production de logements en habitat diffus en bénéficiant d’un effet de report, lié à la diminution du foncier disponible au sein de l’aire urbaine. Dans ce contexte, le marché de la maison individuelle est organisé autour de l’intervention d’une grande diversité d’opérateurs fonciers. Fri, 23 Sep 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=811 Les noms de rues à l’épreuve du genre. Des femmes (in)visibles (2/2) https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=803 Le système de dénomination des rues s’inscrit dans une société patriarcale et a engendré dans nos rues une majorité de noms d’hommes. À ce jour, seules 223 rues sur plus de 3 200 portent un nom de femme à Nantes. Parmi ces noms de rues, des catégories spécifiquement féminines se distinguent. Des discriminations systémiques autres que le sexisme apparaissent. Penchons-nous sur qui sont les femmes représentées et qui sont celles qui ne le sont pas dans les rues de Nantes. Fri, 24 Jun 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=803 Les noms de rues à l’épreuve du genre. Une géographie politique de Nantes (1/2) https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=795 S’ils paraissent anodins, quotidiens, les noms de rues sont l’une des matérialisations les plus tangibles des inégalités de genre dans la ville. Ce sont des messages symboliques et historiques forts, qui peuvent aussi bien inspirer les passant·e·s qu’être ignorés. Les guerres et leurs « héros », entre autres positions de pouvoir occupées par des hommes, se sont fait une place indéniable sur nos plaques au détriment d’autres types de figures. Qu’est-ce que cela raconte de l’espace public  ? Cette première planche se propose de développer la question de l’inégalité homme/femme. Thu, 16 Jun 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=795 Nantes Capitale : les trophées et labels d’une ville modèle https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=786 Depuis une quinzaine d’années, Nantes accumule les prix, trophées et labels territoriaux décernés aux villes dont les politiques sont jugées exemplaires. L’essor de ces distinctions dans la boite à outils de l’Union Européenne et de l’État invite à s’interroger sur l’évolution des relations entre niveaux de gouvernement dans la conception des politiques territoriales, ainsi que sur les ressources qui ont permis à Nantes de devenir une ville modèle, reconnue comme telle à l’échelon national et européen. Fri, 10 Jun 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=786 La métropolisation nantaise au prisme des achats d’appartement (3/3). La fabrique des prix immobiliers https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=778 Plus de 30 000 appartements ont été vendus au sein de Nantes Métropole sur la période 2000-2012, et ces derniers étaient plus ou moins spacieux, mais aussi plus ou moins anciens, proposaient ou non des places de parking, se situaient à tel ou tel étage, etc. Dans quelle mesure ces caractéristiques fabriquent-elles les prix immobiliers ? L’offre contrastée d’appartements dessine-t-elle une géographie homogène ? C’est à ces deux questions que s’attèle cette planche. Thu, 02 Jun 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=778 La métropolisation nantaise au prisme des achats d’appartements (2/3). Des marchand·es de bien et SCI qui investissent en centre-ville, des services publics et administrations qui s’excentrent https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=771 Entre 2000 et 2012, plus de 30 000 appartements ont été vendus au sein de Nantes Métropole. Si 95 % des acquéreur·ses sont des particuliers qui achètent pour occuper ces logements comme résidence principale, secondaire ou bien pour « investir dans la pierre », le reste des transactions d’appartements renvoie à d’autres acteur·trices des mondes urbains et correspond à différents usages que cette planche documente. Wed, 25 May 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=771 Des cadres locaux aux « Parisien·nes », une socio-géographie des acheteur·ses https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=765 À Nantes comme dans la plupart des métropoles attractives, les tensions sur le marché de l’immobilier, qui produisent des effets plus larges sur les coûts des loyers et l’accès au logement des classes populaires voire moyennes, sont de plus en plus présentes dans le débat public. Entre 2000 et 2012, plus de 30 000 appartements ont été vendus au sein de Nantes Métropole. Mais qui sont les acheteur·ses sur cette période et d’où viennent-illes ? Cette planche se penche sur cette dimension socio-résidentielle de la métropolisation nantaise. Fri, 13 May 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=765 Risques et traces industriels dans la ville https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=754 L’incendie de l’usine SEVESO Lubrizol à Rouen en 2019 est venu rappeler qu’une catastrophe industrielle est toujours possible dans les métropoles, malgré la tertiarisation de leur économie. Celle de Nantes, où sont localisés huit sites SEVESO et 211 installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), n’échappe pas à ce risque. Par ailleurs, les anciens sites industriels nécessitent toujours une attention particulière, notamment à l’occasion de tout nouveau projet d’aménagement en raison des pollutions des sols potentiellement induites. Les métropoles n’ont donc pas définitivement tourné la page de l’industrie. Fri, 06 May 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=754 Emplois et lieux de travail des classes populaires de la métropole nantaise : géographie des clivages professionnels et de genre https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=752 La pandémie du Covid 19 a produit un effet de loupe inédit sur ceux qui ont été politiquement et médiatiquement nommés les « travailleurs essentiels ». Derrière cette expression, on retrouve des emplois majoritairement occupés par les classes populaires, à la fois les ouvrier·e·s, de l’industrie, de l’agriculture, de la construction et de la logistique, et les employé·e·s de certains services à la personne et des services directs à la consommation (caisses, réassortiment). Pendant les confinements, ils ont dû continuer à se rendre sur leur lieu de travail ou à exercer leurs activités dans l’espace public, depuis les centres urbains jusqu’aux périphéries métropolitaines. Mon, 25 Apr 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=752 Les dynamiques résidentielles des classes populaires au sein de la métropole nantaise : logiques de ségrégation et situations de mixité https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=747 En 2017, les classes populaires rassemblent 45 % de la population de la métropole nantaise. Malgré leur nombre, elles tendent à être de moins en moins visibles dans bien des espaces de la métropole. Entre éviction du centre de la métropole, paupérisation des quartiers de logements sociaux et périurbanisation de plus en plus marquée, les classes populaires connaissent des dynamiques résidentielles contrastées. Thu, 07 Apr 2022 00:00:00 +0200 https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=747