Atlas Social de la métropole nantaise http://asmn.univ-nantes.fr Atlas social de la métropole nantaise fr La métropolisation nantaise au prisme des achats d’appartements (2/3). Des marchand·es de bien et SCI qui investissent en centre-ville, des services publics et administrations qui s’excentrent http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=771 Entre 2000 et 2012, plus de 30 000 appartements ont été vendus au sein de Nantes Métropole. Si 95 % des acquéreur·ses sont des particuliers qui achètent pour occuper ces logements comme résidence principale, secondaire ou bien pour « investir dans la pierre », le reste des transactions d’appartements renvoie à d’autres acteur·trices des mondes urbains et correspond à différents usages que cette planche documente. Wed, 25 May 2022 00:00:00 +0200 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=771 Des cadres locaux aux « Parisien·nes », une socio-géographie des acheteur·ses http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=765 À Nantes comme dans la plupart des métropoles attractives, les tensions sur le marché de l’immobilier, qui produisent des effets plus larges sur les coûts des loyers et l’accès au logement des classes populaires voire moyennes, sont de plus en plus présentes dans le débat public. Entre 2000 et 2012, plus de 30 000 appartements ont été vendus au sein de Nantes Métropole. Mais qui sont les acheteur·ses sur cette période et d’où viennent-illes ? Cette planche se penche sur cette dimension socio-résidentielle de la métropolisation nantaise. Fri, 13 May 2022 00:00:00 +0200 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=765 Risques et traces industriels dans la ville http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=754 L’incendie de l’usine SEVESO Lubrizol à Rouen en 2019 est venu rappeler qu’une catastrophe industrielle est toujours possible dans les métropoles, malgré la tertiarisation de leur économie. Celle de Nantes, où sont localisés huit sites SEVESO et 211 installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), n’échappe pas à ce risque. Par ailleurs, les anciens sites industriels nécessitent toujours une attention particulière, notamment à l’occasion de tout nouveau projet d’aménagement en raison des pollutions des sols potentiellement induites. Les métropoles n’ont donc pas définitivement tourné la page de l’industrie. Fri, 06 May 2022 00:00:00 +0200 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=754 Emplois et lieux de travail des classes populaires de la métropole nantaise : géographie des clivages professionnels et de genre http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=752 La pandémie du Covid 19 a produit un effet de loupe inédit sur ceux qui ont été politiquement et médiatiquement nommés les « travailleurs essentiels ». Derrière cette expression, on retrouve des emplois majoritairement occupés par les classes populaires, à la fois les ouvrier·e·s, de l’industrie, de l’agriculture, de la construction et de la logistique, et les employé·e·s de certains services à la personne et des services directs à la consommation (caisses, réassortiment). Pendant les confinements, ils ont dû continuer à se rendre sur leur lieu de travail ou à exercer leurs activités dans l’espace public, depuis les centres urbains jusqu’aux périphéries métropolitaines. Mon, 25 Apr 2022 00:00:00 +0200 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=752 Les dynamiques résidentielles des classes populaires au sein de la métropole nantaise : logiques de ségrégation et situations de mixité http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=747 En 2017, les classes populaires rassemblent 45 % de la population de la métropole nantaise. Malgré leur nombre, elles tendent à être de moins en moins visibles dans bien des espaces de la métropole. Entre éviction du centre de la métropole, paupérisation des quartiers de logements sociaux et périurbanisation de plus en plus marquée, les classes populaires connaissent des dynamiques résidentielles contrastées. Thu, 07 Apr 2022 00:00:00 +0200 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=747 Les classes populaires de la métropole nantaise : un groupe social central, une géographie résidentielle doublement périphérique http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=737 Dans les discours médiatiques et le débat public, les métropoles sont couramment décrites comme l’espace des classes supérieures. Pourtant, les classes populaires qui regroupent les ouvrier·e·s et les employé·e·s, soit près de 13 millions d’actifs en 2017 en France, un nombre globalement stable depuis 1982, représentent encore aujourd’hui la moitié de la population des métropoles françaises. Avec 45 % de sa population appartenant aux classes populaires, l’aire urbaine nantaise ne déroge pas à la règle. Leurs espaces s’inscrivent dans la mosaïque des clivages socioprofessionnels de la métropole nantaise. Thu, 31 Mar 2022 00:00:00 +0200 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=737 Des configurations électorales en mouvement sous l’effet de la métropolisation (1974-2017) http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=721 Dans une étude pionnière de géographie électorale couvrant la période de l’après-guerre jusqu’au milieu des années 1970, D. Rapetti décrivait la « région nantaise » comme un espace charnière où voisinent à la fois des espaces industriels où la « conscience politique de gauche est très affirmée » et des mondes alors ruraux caractérisés par la « pérennité des forces "réactionnaires" ». Depuis cette époque, comment les processus d’urbanisation qui remodèlent le visage de Nantes-Métropole ont-ils transformé sa carte électorale ? Fri, 18 Mar 2022 00:00:00 +0100 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=721 Embourgeoisement et/ou gentrification de l’espace nantais, de quoi parle-t-on ? http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=711 À Nantes comme dans la plupart des métropoles attractives, l’embourgeoisement ou la gentrification de l’espace urbain sont de plus en plus évoqués dans le débat public local, tout comme leurs effets en matière d’exclusion des classes populaires à mesure que les prix de l’immobilier augmentent. Dans le prolongement de la lecture évolutive des divisions socioprofessionnelles dans l’aire urbaine, cette planche revient plus en détail sur les quartiers qui connaissent différents types d’embourgeoisement, afin de bien comprendre de quoi il est question. Mon, 14 Mar 2022 00:00:00 +0100 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=711 Les divisions socioprofessionnelles en mouvement d’une métropole attractive (2/2). Une approche par les typologies de quartier http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=708 Les travaux portant sur la division sociale de l’espace sont souvent marqués par une faible profondeur historique, mais ils permettent cependant de connaître l’état, à un instant T, de l’inégale répartition des groupes socioprofessionnels dans les mondes urbains. Alors que les « fractures géographiques » de la société française sont souvent évoquées dans le débat public sur un mode sensationnaliste, cette planche propose une analyse de l’évolution des divisions socioprofessionnelles de l’aire urbaine nantaise sur quarante ans (1975-2015), afin de mesurer précisément les dynamiques en cours. Wed, 02 Mar 2022 00:00:00 +0100 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=708 Les divisions socioprofessionnelles en mouvement d’une métropole attractive (1/2). Une approche par les indices de ségrégation http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=702 Les travaux portant sur la division sociale de l’espace sont souvent marqués par une faible profondeur historique, mais ils permettent cependant de connaître l’état, à un instant T, de l’inégale répartition des groupes socioprofessionnels dans les mondes urbains. Alors que les « fractures géographiques » de la société française sont souvent évoquées dans le débat public sur un mode sensationnaliste, cette planche propose une analyse de l’évolution des divisions socioprofessionnelles de l’aire urbaine nantaise sur quarante ans (1975-2015), afin de mesurer précisément les dynamiques en cours. Fri, 11 Feb 2022 00:00:00 +0100 http://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=702