Atlas Social de la métropole nantaise

Au-delà de la ville attractive

Nantes Capitale : les trophées et labels d’une ville modèle

par Renaud Epstein

planche publiée le 10 juin 2022

Depuis une quinzaine d’années, Nantes accumule les prix, trophées et labels territoriaux décernés aux villes dont les politiques sont jugées exemplaires. L’essor de ces distinctions dans la boite à outils de l’Union Européenne et de l’État invite à s’interroger sur l’évolution des relations entre niveaux de gouvernement dans la conception des politiques territoriales, ainsi que sur les ressources qui ont permis à Nantes de devenir une ville modèle, reconnue comme telle à l’échelon national et européen.

Nantes, capitale des distinctions territoriales

1Rares sont les domaines pour lesquels la ville ou la Métropole nantaise n’ont pas reçu un prix ou un label venant distinguer la qualité et le caractère innovant de leur action publique locale. Qu’il s’agisse de développement durable (Capitale verte de l'Europe, labels Eco’Cité et EcoQuartier, trophée Global green city, label Cit’Energie…), de numérique (Capitale européenne de l’innovation, label Métropole French, Trophées de l’Open data…), de gestion des espaces verts (des labels Villes et villages fleuris à celui de Jardin d’excellence mondiale pour le parc du Grand Blottereau en passant par les Victoires du paysage), de politique d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap (Access city award), d’économie sociale et solidaire (label French Impact) ou de lutte contre les discriminations (label Diversité), la capitale ligérienne collectionne les signes de reconnaissance (figure 1).

Figure 1 - Un aperçu de la moisson nantaise de labels et trophées

Image

Sources : Commission Européenne (https://eic.ec.europa.eu/eic-funding-opportunities/eic-prizes/european-capital-innovation-awards_en ; https://ec.europa.eu/environment/europeangreencapital/ ; https://ec.europa.eu/social/), La French Tech Nantes (https://lafrenchtech.com/), AFNOR (https://certification.afnor.org/), French Impact (https://www.le-frenchimpact.fr/Labellisation/nantes-metropole), Les victoires du paysage (https://www.lesvictoiresdupaysage.com/laureats/), Ministère de la Transition écologique (http://www.ecoquartiers.logement.gouv.fr/le-label/), Villes et villages fleuris (https://www.villes-et-villages-fleuris.com/)

2S’il existait un méta-trophée distinguant la ville cumulant le plus de labels et trophées, Nantes serait bien placée pour être désignée Capitale des distinctions territoriales malgré la sérieuse concurrence de Lyon, Bordeaux, Toulouse, Grenoble et quelques autres. Toutes les métropoles françaises – tout comme de nombreuses villes petites et moyennes – peuvent en effet exhiber avec fierté une liste aussi longue qu’hétéroclite de ces titres honorifiques qui apportent une reconnaissance externe aux politiques conduites par les collectivités territoriales.

Des instruments de gouvernement à distance

3Utilisés depuis l’entre-deux-guerres pour protéger des terroirs agricoles et pour valoriser les qualités esthétiques et l’intérêt touristique des villes et villages, le recours aux labels territoriaux s’est étendu à l’ensemble des secteurs d’action publique depuis le début du XXIe siècle. Cette extension s’est accompagnée d’une évolution de l’objet même de ces titres honorifiques, qui ne distinguent plus seulement les qualités du territoire mais l’excellence des politiques territoriales. L’essor de ces instruments dans les politiques territoriales de l’Union européenne et de l’État ainsi que l’attrait qu’ils exercent sur les villes invitent à les prendre au sérieux, en interrogeant leur fonctionnement et les fonctions qu’ils assurent dans les relations entre niveaux de gouvernement et dans la conduite des politiques locales.

4Les trophées et labels territoriaux sont des instruments symboliques, qui mettent en concurrence les villes pour la reconnaissance et les incitent à développer des actions innovantes correspondant aux priorités des institutions qui les décernent comme l’ont montré les travaux des sociologues Bergeron, Castel et Dubuisson-Quellier. Celles-ci peuvent par ce biais identifier, sélectionner et ériger en modèles des initiatives locales jugées exemplaires, puis les promouvoir au niveau national sur le registre dépolitisé des « bonnes pratiques ». Dans un contexte d’autonomisation des collectivités vis-à-vis de l’État et de déplacement des capacités d’innovation des administrations de ce dernier vers celles des premières, les distinctions territoriales constituent des instruments de gouvernement à distance. Face aux villes et aux problèmes qu’elles doivent prendre en charge, l’État n’a plus ni l’autorité nécessaire pour imposer ses solutions, ni même souvent l’expertise suffisante pour les définir. Mais il dispose toujours d’une légitimité reconnue par ces dernières : celle de distinguer les meilleures. En incitant les villes à faire preuve de leur exemplarité, puis en distinguant certaines d’entre elles, que toutes les autres sont incitées à imiter, l’État parvient à peser sur les agendas des pouvoirs locaux et à orienter leur action.

Les raisons du succès nantais

5L’accès de Nantes à un statut de ville modèle, reconnu et promu par divers labels, résulte d’un processus d’accumulation progressive de ressources de nature diverse : positionnelles (investissement des réseaux de villes à l’échelle nationale et européenne), organisationnelles (savoir-faire des services municipaux et métropolitains en matière de conduite de projet et de réponse à des appels à projets) et réputationnelles (les signes de reconnaissance déjà acquis favorisant l’obtention de nouveaux). Mais les succès nantais en la matière témoignent surtout d’un savoir-faire spécifique de storytelling territorial, de construction d’argumentaires politiques qui a permis aux élus nantais, comme dans le cas du titre de Capitale verte de l’Europe 2013, de triompher face à des villes concurrentes bien mieux placées sur des critères techniques. Le dossier nantais n’était en effet qu’en 5e position du classement établi par les experts européens, loin derrière ceux de Barcelone, Malmö et Vitoria-Gasteiz, avant l’oral de Ronan Dantec. Mais l’adjoint de Jean-Marc Ayrault est parvenu à convaincre le jury qu’à défaut d’être la ville la plus verte, Nantes était celle qui était la plus à même de servir de modèle et d’inspirer d’autres villes européennes.

Pour citer ce document

Renaud Epstein, 2022 : « Nantes Capitale : les trophées et labels d’une ville modèle », in F. Madoré, J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, S. Loret, Atlas Social de la métropole nantaise [En ligne], eISSN : 2779-5772, mis à jour le : 10/06/2022, URL : https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=786, DOI : https://doi.org/10.48649/asmn.786.

Autres planches in : La culture dans la ville

Carte : S. Caillaut, S. Charrier - 2021.

Observer les oiseaux dans une métropole verte. Essor et diversification d’une pratique discrète de loisir de nature

par Sébastien Caillault et Véronique Beaujouan

Voirla planche intégrale 

Photo : R. Goussanou.

Sur les traces du mémorial. Chronologie des actes d’appropriation et de dégradation du Mémorial de l’abolition de l’esclavage de Nantes

par Rossila Goussanou

Voirla planche intégrale 

Photo : C. Chauvet - 2021.

Les pratiques d’art urbain à Nantes Métropole : des spatialités conditionnées par l’attitude des pouvoirs publics

par Josselin Le claire

Voirla planche intégrale 

Carte : S. Charrier - 2021.

Déambulations autour des cinémas dans le périurbain nantais

par Florie Colin et Ronan Keroullé

Voirla planche intégrale 

carte : B. Michel, S. Charrier - 2020.

Pour une ville culturelle et touristique : retour sur une stratégie nantaise

par Basile Michel

Voirla planche intégrale 

Bibliographie

Béal V, «  Trendsetting cities » : les modèles à l’heure des politiques urbaines néolibérales », Métropolitiques, 30 juin 2014. https://metropolitiques.eu/Trendsetting-cities-les-modeles-a-l-heure-des-politiques-urbaines-neoliberales.html

Béal V, Epstein R., Pinson g., « La circulation croisée. Modèles, labels et bonnes pratiques dans les rapports centre-périphérie », Gouvernement et action publique, 4 (3), 2015, p. 103‑127. DOI : 10.3917/gap.153.0103

Bergeron H., Castel P., Dubuisson-Quellier S., « Gouverner par les labels. Une comparaison des politiques de l’obésité et de la consommation durable », Gouvernement et action publique, vol. 3, n° 3, 2014, p. 7‑31. DOI : 10.3917/gap.143.0007

Epstein R., « Gouverner à distance. Quand l’État se retire des territoires », Esprit, n° 319, 2005, p. 96‑111. https://esprit.presse.fr/article/epstein-renaud/gouverner-a-distance-quand-l-etat-se-retire-des-territoires-13412

Mots-clefs

Renaud Epstein

Professeur de sociologie, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Renaud Epstein

e1c5a4b7bb2fb35f4af6b8c4206bfd88
Renaud Epstein

Résumé

Depuis une quinzaine d’années, Nantes accumule les prix, trophées et labels territoriaux décernés aux villes dont les politiques sont jugées exemplaires. L’essor de ces distinctions dans la boite à outils de l’Union Européenne et de l’État invite à s’interroger sur l’évolution des relations entre niveaux de gouvernement dans la conception des politiques territoriales, ainsi que sur les ressources qui ont permis à Nantes de devenir une ville modèle, reconnue comme telle à l’échelon national et européen.

Annexes (1)

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".