Atlas Social de la métropole nantaise

Au-delà de la ville attractive

Quel « manger local » quand on s’approvisionne dans une AMAP nantaise ?

par Julien Noël, Sécou Omar Diédhiou et Christine Margetic

planche publiée le 10 décembre 2021

AMAP ou Association pour le maintien d’une agriculture paysanne… Cet acronyme s’est progressivement ancré dans le paysage de l’alimentation locale en France. Le mouvement, qui fête ses 20 ans en 2021 avec près de 3 000 structures à l’échelle nationale, est particulièrement présent dans l’aire urbaine de Nantes. Soutien solidaire et collectif de « consom’acteurs » à des producteurs paysans via l’achat de paniers de produits de qualité, en quoi les AMAP nantaises sont-elles garantes d’un « manger local » ?

Des AMAP concentrées au cœur de la métropole

1L’aire urbaine de Nantes compte une centaine d’AMAP, celle des Sorinières enclenchant la dynamique en 2004 (figure 1). Plusieurs vagues de création se succèdent et viennent étoffer le réseau, en particulier entre 2009 et 2012 (46 créations), tant dans le périmètre de Nantes Métropole (72 AMAP) que dans les campagnes alentour (31). À ce titre, la ville-centre de Nantes en regroupe près de la moitié (43), comme dans d’autres agglomérations (Paris, Toulouse, Marseille). On compte ainsi environ 1 AMAP pour 10 000 habitants dans l’aire urbaine, soit une forte densité par rapport à Paris ou Marseille, à relier localement au poids historique du monde paysan ou à la morphologie sociale favorable. Récemment, en lien avec la crise du Covid, se sont pérennisés près de dix points de distribution au départ éphémères. À titre d’exemple, l’AMAP des Petits-Pieds (encadré 1) a été réactivée en 2019 sur le campus Tertre de l’Université de Nantes, afin d’offrir des légumes de qualité à prix réduit aux étudiants. Les temps de distribution contribuent d’ailleurs à animer une diversité de lieux (cafés, hall d’entreprises, fermes, etc.), notamment des cours d’école, comme l’illustre l’AMAP Orrion-Loquidy dans le péricentre nantais (encadré 2).

Figure 1 - Des AMAP principalement concentrées au coeur de la métropole

Image

Encadré 1 - l’AMAP des Petits-Pieds

Image

Des étudiants attachés à l’AMAP sur le Campus Tertre

Sur le campus Tertre de l’Université de Nantes existe depuis plus de huit ans une AMAP. Créée par un petit groupe de pionniers, elle est portée par l’association des Petits-Pieds depuis 2019. Elle permet à de nombreux étudiants d’obtenir, toutes les deux semaines, un panier de fruits et légumes variés, de saison, et bios, pour la somme de 7 €, un prix stable depuis plusieurs années. Une offre locale de surcroît puisque l’exploitation des Jardins de Pimba, d’où viennent les denrées (fruits et légumes), est située à Oudon. Des œufs sont également disponibles, la boîte de six étant proposée à 2,10 € depuis cette rentrée.

Laurent et Olivier, les maraîchers des Jardins de Pimba, ont su adapter leurs démarches (nombre de paniers, heure des livraisons…) aux besoins des étudiants. Bienveillante et à l’écoute, chacune de leur distribution au Pôle étudiant ou au Théâtre Universitaire est un moment d’échanges avec des conseils culinaires de la part des deux hommes.

https://www.amap44.org/item/amap-campus-tertre/?cn-reloaded=1

Des producteurs très dispersés, en deuxième couronne ou au-delà de l’aire urbaine

2Qui dit AMAP dit local et bio dans l’esprit des consommateurs. Près de 80 % des paysans engagés sont ainsi en agriculture biologique, mais la définition du local se pose. Globalement, 60 % ont leur siège d’exploitation dans l’aire urbaine, avec une distance au centre de Nantes généralement de l’ordre de 25-30 km (figure 2). En raison de disponibilités foncières ou de la présence de producteurs, plus les AMAP se situent à proximité du centre, plus elles font appel à des paysans parfois géographiquement éloignés (hors métropole), et inversement. Ainsi, 28 producteurs fournissent l’AMAP de leur propre commune (périurbaine ou rurale). Une trentaine d’AMAP sont aussi en lien avec une coopérative corse pour les agrumes, dont celle de Treillières qui travaille avec 34 livreurs différents. La spécificité des produits peut expliquer cette distance : café ou champignon bretons, poissons de l’île d’Yeu… En miroir, 143 producteurs approvisionnent en moyenne plus de dix AMAP, souvent pour gérer plus efficacement leurs déplacements.

Figure 2 - Des producteurs très dispersés dans la deuxième couronne et même au-delà de l’aire urbaine

Image

L’affirmation d’une ceinture alimentaire territoriale, fondée sur des liens socio-spatiaux ?

3La proximité géographique conforte la ceinture maraîchère nantaise, les légumes (carottes, tomates, choux, salades, etc.) restant les produits de base de tout panier (un tiers des AMAP ne propose que ce type de produits). Pour autant et plus largement, on peut employer le terme de « ceinture alimentaire » au regard de la diversité des denrées fournies (figure 2). Aux fruits ou au vin en termes de production végétale, s’ajoutent souvent du pain ou des produits animaux (viandes, produits laitiers, œufs...), voire d’autres denrées (farine, miel, bières, pâtes...).

4Par ailleurs, l’objectif originel des AMAP est de permettre à de petits agriculteurs de vivre correctement de leur travail, que ce soient des néo-paysans motivés par un nouveau projet de vie, ou des producteurs déjà installés et convaincus d’y trouver une alternative donnant sens à leur métier. Se réclamant de l’économie solidaire, les AMAP militent pour tisser de nouveaux rapports sociaux (voire politiques) entre ce monde agricole de proximité et des « consom’acteurs », plutôt jeunes, bien dotés en diplômes scolaires, et sensibilisés aux enjeux environnementaux, ce qui n’écarte pas pour autant les populations plus populaires.

5Le système AMAP ne se borne donc pas à de simples relations centre-périphérie, entre des mangeurs urbains et des producteurs ruraux. Cette démarche met bien le local « dans tous ses états », tant son acception demeure variée, selon les produits (légumes péri-urbains, viandes départementales, etc.), les acteurs (parcelle agricole, lieu de livraison), voire leur perception (lieu d’interconnaissance pour les amapiens, mise en réseau de ces lieux pour les producteurs). En écho à certaines analyses, nombre d’AMAP de la région nantaise proposent un manger local plutôt « agri-urbain ». Au-delà d’une seule proximité géographique aux lieux de distribution, ce manger local se caractérise par une forte proximité relationnelle et politique entre agriculteurs et mangeurs, tous dotés de forts capitaux sociaux et culturels.

6Ainsi, sans réduire les questions de localisme alimentaire « alternatif » à un problème spatial et scalaire, les AMAP nantaises gagneraient à se convertir à un localisme plus inclusif socialement, et plus « réflexif » politiquement comme le mettent en avant Ripoll ou Paddeu. Ce qui suppose une participation plus accrue des familles populaires, et un soutien plus prononcé des élus.

Encadré 2 - L’AMAP d’Orrion-Loquidy

Image

Une Amap familiale de quartier, représentative des liens socio-spatiaux alimentaires

Créée en mai 2014 afin de redynamiser ce quartier nord du péricentre nantais, l’AMAP Orrion-Loquidy organise, tous les jeudis soir de l’année, des distributions des paniers et autres colis de produits bios et locaux, dans la cour de l’école Charles Lebourg. L’association y propose une petite dizaine de contrats émanant de plusieurs producteurs : maraîchers, arboriculteur, éleveurs (bovin, porcin et volailles), pêcheurs, artisans-transformateurs… (figure 3). Une large majorité d’entre eux reste implantée dans l’aire urbaine, ou dans sa toute proche périphérie.

Figure 3 - L’AMAP Orrion-Loquidy : un réseau de producteurs étendu et diversifié Image

Côté mangeurs, en dépit du turnover classique dans ce dispositif, ce sont entre 50 et 60 adhérents qui consomment, à l’exception des légumes (fréquence hebdomadaire), des colis d’aliments diversifiés et de fréquence plutôt mensuelle (fruits, poissons) et/ou trimestrielle (viandes, confitures, tisanes...). Quasiment tous les amapien.ne.s (toutes catégories d’âges confondues, entre 30 et 70 ans) résident dans le quartier, à moins de dix minutes à pied du lieu de distribution.

https://www.orrionloquidy.com/amap

Pour citer ce document

Julien Noël, Sécou Omar Diédhiou et Christine Margetic, 2021 : « Quel « manger local » quand on s’approvisionne dans une AMAP nantaise ? », in F. Madoré, J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, S. Loret, Atlas Social de la métropole nantaise [En ligne], eISSN : 2779-5772, mis à jour le : 10/12/2021, URL : https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=679, DOI : https://doi.org/10.48649/asmn.679.

Bibliographie

Guiraud N., « Le retour des ceintures maraîchères ? Une étude de la proximité géographique des AMAP en Bouches-du-Rhône (2006-2015) », Géocarrefour, vol. 3, n° 93, 2019. DOI : 10.4000/geocarrefour.13873.

Mainguet S., Maldelar L., Patard T., Poisson E., Remerand M., « Les AMAP, une alternative pour nourrir la ville », Nantes, IGARUN, travail d’enquêtes L2, 2016.

Doiezie M., « Alimentation bio, locale et de saison à Nantes : la nouvelle lutte des classes ? », Mediacités, 14 oct. 2021. URL : https://www.mediacites.fr/evenements/national/2021/11/ 23/huit-mois-denquetes-sur-lalimentation-une-emission-pour-dresser-le-bilan/

Mundler P., « Les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne en Rhône-Alpes, entre marché et solidarité », Ruralia, n° 20, 2007, p. 185-215. URL: http://ruralia.revues.org/document1702.html .

Paddeu F., « Manger local. Leurres et promesses », Vacarme, vol. 4, n° 81, p. 40-45. DOI : 10.3917/vaca.081.0040.

Poulot M., « Histoires d’AMAP franciliennes : quand manger met le local dans tous ses états ». Territoire en Mouvement, n° 22, 2014, p. 40-53. DOI : 10.4000/tem.2388

Pouzenc M., « Portrait des circuits courts 2001-2018 en Midi-Pyrénées », Toulouse, UMR LISST, rapport de recherche, 2019. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01980965v2.

Ripoll F., « Forces et faiblesses des Amaps et dispositifs apparentés », B. Frère, M. Jacquemain, (dir.), Résister au quotidien ? Paris, Presses de Sciences Po, 2013, p. 161-188.

Mots-clefs

Index géographique

Glossaire

Julien Noël

Chercheur post-doctoral, Géographe, membre associé de l'UMR 6590 Espaces et Sociétés (ESO)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Julien Noël

6558eda36de7a18c02cd6f9579b38053
Julien Noël

Sécou Omar Diédhiou

Docteur en géographie, membre associé de l'UMR 6590 Espaces et Sociétés (ESO)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Sécou Omar Diédhiou

51dbf8a5b23db9a6a5dd6746a1138844
Sécou Omar Diédhiou

Résumé

AMAP ou Association pour le maintien d’une agriculture paysanne… Cet acronyme s’est progressivement ancré dans le paysage de l’alimentation locale en France. Le mouvement, qui fête ses 20 ans en 2021 avec près de 3 000 structures à l’échelle nationale, est particulièrement présent dans l’aire urbaine de Nantes. Soutien solidaire et collectif de « consom’acteurs » à des producteurs paysans via l’achat de paniers de produits de qualité, en quoi les AMAP nantaises sont-elles garantes d’un « manger local » ?

Annexes (1)

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".