Atlas Social de la métropole nantaise

Au-delà de la ville attractive

Emplois et lieux de travail des classes populaires de la métropole nantaise : géographie des clivages professionnels et de genre

par Nicolas Raimbault

planche publiée le 25 avril 2022

La pandémie du Covid 19 a produit un effet de loupe inédit sur ceux qui ont été politiquement et médiatiquement nommés les « travailleurs essentiels ». Derrière cette expression, on retrouve des emplois majoritairement occupés par les classes populaires, à la fois les ouvrier·e·s, de l’industrie, de l’agriculture, de la construction et de la logistique, et les employé·e·s de certains services à la personne et des services directs à la consommation (caisses, réassortiment). Pendant les confinements, ils ont dû continuer à se rendre sur leur lieu de travail ou à exercer leurs activités dans l’espace public, depuis les centres urbains jusqu’aux périphéries métropolitaines.

Au-delà du cliché de l’ouvrier de l’industrie, les professions et les secteurs de travail des classes populaires

1Les classes populaires occupent des emplois dits « peu qualifiés », d’ouvrier·e·s et d’employé·e·s, majoritairement dans les services. Malgré leur diversité, les classes populaires partagent « des conditions d’emploi, de travail et de salaire difficiles » en tant que professions d’exécution, selon l’expression des sociologues Amossé et Chardon.

2La situation des ouvrier·e·s contemporains est loin de se résumer à l’image du travailleur à la chaine à l’usine (tableau 1). En réunissant chacun environ un quart des ouvriers, les effectifs sont à peu près semblables dans l’industrie manufacturière, la construction, la logistique (entrepôts et transport de marchandises). L’artisanat et divers services privés (nettoyage) et publics (transport collectif) rassemblent ensemble également un quart des effectifs. Ces proportions sont similaires à celle de la France. Le travail de ces ouvriers est, au moins partiellement, dans la continuité du monde industriel : travail manuel, répétitif, contraint et caractérisé par une forte pénibilité. Les frontières sont également très ténues avec certains indépendants comme les sous-traitants et les autoentrepreneurs pour les plateformes numériques, tels que les chauffeurs de la plateforme Uber ou les livreurs à vélos et à scooter.

Tableau 1 - Une diversité d’emplois ouvriers dans l’aire urbaine nantaise

Secteurs d’emplois ouvriers Effectifs 2015 Part en %
Construction 18923 25,3
Industrie manufacturière 17939 24,0
Logistique 17459 23,3
Artisanat 10354 13,8
Autres services dont nettoyage 7234 9,7
Agriculture 2954 3,9

Source : RP2015 : Tabulation sur mesure, INSEE [producteur], ADISP [diffuseur]

3Les employé·e·s, quant à elles, sont de moins en moins nombreux·e·s à travailler dans l’administration des entreprises et de plus en plus dans les services publics, le commerce et les services directs aux entreprises (tableau 2). Cette évolution explique l’augmentation de la part des employées dites peu qualifiées (40 % à l’échelle de l’aire urbaine nantaise), correspondant aux employées des services à la personne, de la restauration, de la sécurité et des vendeurs. Moins bien payés, plus précaires et très féminisées, ces positions professionnelles moins favorables ancrent clairement les employé·e·s au sein des classes populaires, estompant les frontières entre employé·e·s et ouvrier·e·s.

Tableau 2 - Les employé·e·s : services publics et marchands

Principales professions employées Effectifs 2016 Part en %
Employés civils et agents de service fonction publique 35009 31,8
Policiers et militaires 5128 4,7
Employés administratifs d'entreprise 27236 24,7
Employés de commerce 17953 16,3
Personnels des services directs particuliers 24879 22,6

Source : Insee, RP2016 exploitation complémentaire, Emplois au lieu de travail.

Employé·e·s et ouvrier·e·s : une déconnexion entre espaces de résidence et espaces de travail

4Si les espaces de résidence des employé·e·s et des ouvrier·e·s sont très semblables, leurs lieux de travail diffèrent davantage. Les employé·e·s sont ainsi beaucoup plus nombreux e·s à travailler dans le cœur de l’aire urbaine : 80 % de ces emplois sont localisés dans Nantes Métropole, et même 43 % dans la seule commune de Nantes (figure 1). De nombreux emplois de service s’y concentrent, notamment dans l’administration des services publics et des entreprises (respectivement 48 % et 45 % dans Nantes). C’est moins le cas des emplois du commerce (36 % dans Nantes et 46 % dans les autres communes de Nantes Métropole où se trouvent de nombreux centres commerciaux). Les employé·e·s occupent aussi des emplois situés aux marges de l’aire urbaine, notamment dans les services aux particuliers (correspondant largement au secteur dit du « care »), qui se situent à 29 % dans la couronne périurbaine.

Figure 1 - Des lieux de travail différenciés entre employé·e·s et ouvrier·e·s

Image

Figure 2 - Lieux de travail selon les professions ouvrières et employées

5Les emplois ouvriers sont moins nombreux dans le centre de la métropole : seulement 27 % sont localisés dans la ville de Nantes. Ils ne se trouvent pas non plus dans les marges de l’aire urbaine, mais plutôt au niveau du front d’urbanisation, c’est-à-dire en limite d’unité urbaine (42 % des emplois ouvriers sont dans les communes de l’agglomération en dehors de Nantes) ou bien dans la proche couronne périurbaine (31 %). Cette géographie correspond à la localisation des principales zones d’activités économiques, qui rassemblent à la fois les usines et les grands entrepôts, comme la zone le long de la route de Paris s’étendant sur les communes de Carquefou, Sainte-Luce-sur-Loire et Thouaré-sur-Loire. Certaines communes se distinguent ainsi en raison de la présence d’une grande usine ou d’un grand entrepôt. C’est le cas de Saint-Etienne-de-Montluc, où se trouve le plus important entrepôt du groupe Leclerc pour la région nantaise (Sca Ouest). Les principaux projets d’aménagements de nouvelles zones d’activités économiques se situent cependant plus loin dans la couronne périurbaine, comme à Grandchamps-des-Fontaines et Héric ou encore à Montbert (projet avorté d’entrepôt Amazon).

6Ces différences de lieux de travail contraignent les stratégies résidentielles de nombreux couples des classes populaires, fréquemment composés d’un ouvrier et d’une employée. Il est en effet très difficile pour ces ménages de trouver un logement à proximité des deux emplois et, plus encore en travaillant ou habitant dans l’urbain diffus, de se passer de voiture.

7Les emplois des classes populaires sont essentiels aux rouages des systèmes de production et de distribution, de l’économie résidentielle et des services à la personne. Ils sont présents et nécessaires dans toute l’aire urbaine. Les lieux de travail correspondant sont bien plus divers que ceux que l’on trouve dans les bureaux ou les espaces commerciaux et récréatifs, dont le développement est largement soutenu par les politiques métropolitaines. La question de la place de ces espaces de travail dans une métropole attractive détermine notamment l’accès aux emplois et les conditions de mobilité de ce groupe social.

https://geoapps.huma-num.fr/adws/app/b5bea4b5-b12c-11ec-bac5-43ec440f90bd/

Pour citer ce document

Nicolas Raimbault, 2022 : « Emplois et lieux de travail des classes populaires de la métropole nantaise : géographie des clivages professionnels et de genre », in F. Madoré, J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, S. Loret, Atlas Social de la métropole nantaise [En ligne], eISSN : 2779-5772, mis à jour le : 25/04/2022, URL : https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=752, DOI : https://doi.org/10.48649/asmn.752.

Autres planches in : Les clivages socioprofessionnels

Carte : N. Raimbault, J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier - 2022.

Les dynamiques résidentielles des classes populaires au sein de la métropole nantaise : logiques de ségrégation et situations de mixité

par Nicolas Raimbault, Jean Rivière et Christophe Batardy

Voirla planche intégrale 

Carte : N. Raimbault, C. Batardy, S. Charrier - 2022.

Les classes populaires de la métropole nantaise : un groupe social central, une géographie résidentielle doublement périphérique

par Nicolas Raimbault et Christophe Batardy

Voirla planche intégrale 

Carte : J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier - 2022.

Embourgeoisement et/ou gentrification de l’espace nantais, de quoi parle-t-on ?

par Jean Rivière et Christophe Batardy

Voirla planche intégrale 

Graphique : J. Rivière, S. Charrier - 2022.

Les divisions socioprofessionnelles en mouvement d’une métropole attractive (2/2). Une approche par les typologies de quartier

par Jean Rivière et Christophe Batardy

Voirla planche intégrale 

Graphique : F. Madoré, S. Charrier, 2022.

Les divisions socioprofessionnelles en mouvement d’une métropole attractive (1/2). Une approche par les indices de ségrégation

par François Madoré et Christophe Batardy

Voirla planche intégrale 

Carte : E. Bornand, F. Letourneux, S. Charrier - 2021.

Des Batignolles à La Halvêque : des solidarités ouvrières à la disqualification sociale

par Elvire Bornand et Frédérique Letourneux

Voirla planche intégrale 

carte : J. Rivière, S. Charrier - 2020.

Quels clivages socioprofessionnels dans la métropole nantaise aujourd’hui ?

par Jean Rivière

Voirla planche intégrale 

Bibliographie

Amossé T., Chardon O., « Les travailleurs non qualifiés : une nouvelle classe sociale ? », Économie et statistique, n° 393-394), 2006, p. 203-229. https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/1376814/es393-394k.pdf

Korsu E., Wenglenski S., « Job accessibility, residential segregation and risk of long-term unemployment in the Paris region », Urban Studies, vol. 47, n° 11, p. 2279-2324. DOI : 10.1177/0042098009357962.

Raimbault, N., Nouveaux emplois ouvriers, nouveaux territoires ouvriers ? Une comparaison des géographies professionnelles et résidentielles des ouvriers de l’industrie et des ouvriers de la logistique en Île-de-France, Travail et Emploi, n°162, 2020, p. 71-102. https://dares.travail-emploi.gouv.fr/sites/default/files/42a7a239ea18fa804a37d3ce31c34466/TetE-162_04_Raimbault.pdf

Résumé

La pandémie du Covid 19 a produit un effet de loupe inédit sur ceux qui ont été politiquement et médiatiquement nommés les « travailleurs essentiels ». Derrière cette expression, on retrouve des emplois majoritairement occupés par les classes populaires, à la fois les ouvrier·e·s, de l’industrie, de l’agriculture, de la construction et de la logistique, et les employé·e·s de certains services à la personne et des services directs à la consommation (caisses, réassortiment). Pendant les confinements, ils ont dû continuer à se rendre sur leur lieu de travail ou à exercer leurs activités dans l’espace public, depuis les centres urbains jusqu’aux périphéries métropolitaines.

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".