Ouest-Edel  | Atlas social de Caen  | Plan du site  | Mentions légales  |   Flux RSS  Flux RSS

Atlas Social de la métropole nantaise

Au-delà de la ville attractive

La privatisation croissante de l’enseignement supérieur nantais

par Sophie Orange

planche publiée le 11 décembre 2020

Depuis la création de l’université en 1961, la morphologie de l’enseignement supérieur nantais s’est fortement transformée. L’essor important des écoles supérieures privées à partir des années 1990 a contribué à diversifier les institutions et les espaces estudiantins. Ces établissements constituent un ensemble très hétérogène, aux tailles et aux conditions d’accès très variables, dont les formations et les diplômes ne sont pas toujours reconnus par l’État (MBA, Bachelors, Mastères, etc.).

Le développement d’une nouvelle offre scolaire

1En France, en 2019, les établissements privés d’enseignement supérieur rassemblent 21 % des étudiants. L’Académie de Nantes présente la part la plus élevée d’étudiants dans l’enseignement supérieur privé, avec 31 % des effectifs. Ce poids de l’enseignement supérieur privé à Nantes et dans son Académie est plus largement à mettre en lien avec l’importance de l’enseignement primaire et secondaire privé dans une France de l’Ouest marquée par l’héritage du catholicisme.

2Relativement marginaux jusque dans les années 1990, les effectifs de l’enseignement supérieur privé ont connu une croissance soutenue et régulière à partir du début des années 2000, passant de 8 520 à la rentrée 2001 à 15 774 à la rentrée 2017 (soit 26 % de l’ensemble des étudiants nantais) (figure 1). À Nantes comme ailleurs, cette augmentation est principalement due à l’ouverture de nouvelles écoles et de nouveaux établissements. Ainsi, les sections de techniciens supérieurs, qui représentaient un tiers des effectifs du supérieur privé nantais en 2001, ne pesait plus que 20 % environ en 2017, tandis que les écoles supérieures de commerce et d’arts, qui accueillaient respectivement 23 % et 12 % des étudiants du supérieur privé en 2001, regroupaient la moitié de ses effectifs en 2017, soit respectivement 29 % et 21 %. De la même manière et en 2000, le guide régional « Après le bac » édité par l’ONISEP recensait 43 écoles supérieures privées dans l’agglomération, alors que la version 2020 de ce guide en dénombre désormais 54.

Figure 1 - Une forte progression de l’enseignement supérieur privé dans Nantes Métropole

Image

Une nouvelle cartographie de l’enseignement supérieur

3L’expansion de l’enseignement supérieur privé dans l’agglomération se traduit également par une modification des lieux d’implantation traditionnels. Jusqu’alors relativement concentrés dans le centre-ville et le long de l’Erdre (à l’exception des lycées privés offrant des CPGE ou des STS), les nouveaux établissements ont investi la périphérie à la recherche d’espaces disponibles, comme Saint-Herblain, Rezé mais aussi l’Ile de Nantes. D’autres écoles, déjà existantes, ont parfois déménagé pour s’implanter dans des locaux plus spacieux permettant leur développement (figure 2).

Figure 2 - Une expansion des écoles supérieures privées surtout en périphérie et sur l’Île de Nantes

Image

4La cartographie de l’enseignement supérieur nantais a également été modifiée par le regroupement dans certains quartiers, voire certains bâtiments, de plusieurs écoles privées et par l’émergence de nouveaux micro-campus dans l’agglomération. Ainsi, le Campus de Bagatelle « Campus Eduservices » (anciennement Eurocampus) est créé en 2012 à proximité du quartier d’affaires du Sillon de Bretagne, dans un quartier résidentiel en construction de Saint-Herblain (figure 3). D’abord occupé par deux écoles auparavant situées dans le centre-ville de Nantes (Ecole Pigier proposant des formations administratives) et sur l’île Beaulieu (Cap Vers proposant des formations du Tourisme et de l’Hôtellerie), le campus va progressivement se développer et accueillir deux nouvelles écoles dès 2013 (Iscom Digital et MB Way), puis une cinquième en 2016 (Tunon), auxquelles vont s'ajouter deux nouveaux établissements en 2019 (Win et My Digital School), pour atteindre un total de plus de 900 étudiants. Quant à la nouvelle antenne nantaise de l’Université Catholique de l’Ouest, d’abord accueillie à partir de 2014 dans les locaux de l’institut Ozanam avec un effectif d’une trentaine d’étudiants en Licence de sciences de l’éducation, elle a déménagé en 2016 dans les locaux du centre spirituel des Naudières à Rezé et vise d’accueillir, à terme, 1 200 étudiants (figure 2).

Figure 3 - L’émergence de micro-campus : exemple du campus Bagatelle à Saint-Herblain

Image

5Si les créations d’écoles supérieures privées dans les années 1990-2000 concernaient principalement les études de commerce ou de management, depuis le début des années 2010, c’est désormais le secteur du numérique et du digital qui est en pleine expansion et qui porte la croissance de l’enseignement supérieur privé. Le Campus HEP Nantes, installé depuis 2017 sur l’île de Nantes dans le « quartier de la création », regroupe sept écoles dont l’EPSI (Ecole d’ingénierie informatique), Sup’ de com (l’école supérieure de communication) ou Open Source School (l’école du logiciel libre et des solutions open source).

L’enseignement supérieur privé : une autre voie de prolongation des études

6Une photographie précise de l’enseignement supérieur privé nantais demeure difficile à réaliser du fait des défauts de couverture de l’intégralité des établissements dans les statistiques ministérielles. En 2019, si les neuf lycées privés de l’agglomération nantaise proposant des formations supérieures sont accessibles via l’interface d’admission post-bac Parcoursup, seules treize écoles supérieures privées y apparaissent.

7L’analyse, nécessairement partielle, des profils des entrants dans l’enseignement supérieur privé nantais montre que le taux de bacheliers professionnels et technologiques y est plus important que dans le secteur public : respectivement 12 % et 18 % contre 5 % et 11 %. Cet autre enseignement supérieur, situé à la marge des procédures centralisées d’accès à l’enseignement supérieur et localisé en dehors des espaces estudiantins traditionnels, semble pouvoir constituer une porte d’entrée dans le supérieur pour ces « nouveaux étudiants ».

Pour citer ce document

Sophie Orange, 2020 : « La privatisation croissante de l’enseignement supérieur nantais », in F. Madoré, J. Rivière, C. Batardy, S. Charrier, S. Loret, Atlas Social de la métropole nantaise [En ligne], eISSN : 2779-5772, mis à jour le : 23/06/2021, URL : https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=499, DOI : https://doi.org/10.48649/asmn.499.

Autres planches in : Scolarisations et inégalités

Carte : C. Batardy, S. Charrier - 2021.

Comprendre les dessous de la carte scolaire (2/2) - De la ségrégation résidentielle aux contournements des collèges publics

par Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec

Voirla planche intégrale 

Carte : C. Batardy, S. Charrier - 2021.

Comprendre les dessous de la carte scolaire (1/2) - Une forte ségrégation sociale entre collèges publics et privés

par Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec

Voirla planche intégrale 

Bibliographie

Masson P., Cartier M., Le Saout R., Retière J.-N., Suteau M., Sociologie de Nantes , Paris, La Découverte, 2013.

Bodin R., Orange S., « Les mécomptes du supérieur - "Autres" écoles, "autres" établissements et "autres" formations », Bulletin de Méthodologie Sociologique , vol. 130, n° 1, 2016, p. 40-55. DOI : 10.1177/0759106315627589

Erlich , V., Les nouveaux étudiants. Un groupe social en mutation , Paris, Armand Colin, 1998.

Index géographique

Sophie Orange

Maîtresse de conférences en sociologie, Université de Nantes-UFR de Sociologie, Centre nantais de sociologie UMR 6025 (CENS)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Sophie Orange

44e513c351791f63a89a5fdb5248ad15
Sophie Orange

Résumé

Depuis la création de l’université en 1961, la morphologie de l’enseignement supérieur nantais s’est fortement transformée. L’essor important des écoles supérieures privées à partir des années 1990 a contribué à diversifier les institutions et les espaces estudiantins. Ces établissements constituent un ensemble très hétérogène, aux tailles et aux conditions d’accès très variables, dont les formations et les diplômes ne sont pas toujours reconnus par l’État (MBA, Bachelors, Mastères, etc.).

Statistiques de visites

Du au

* Visites : "Nombre de visites qui ont inclus cette page (planche) ou nombre de visites uniques. Si une page a été vue plusieurs fois durant la visite elle ne sera comptabilisée qu'une seule fois".
** Total : sur la période sélectionnée.
*** Hits : "Le nombre de fois que le site ou cette page a été visité(e)".