Ouest-Edel  | Atlas social de Caen  | Plan du site  | Mentions légales  |   Flux RSS

Atlas Social de la métropole nantaise

Au-delà de la ville attractive

Pratiques spatiales et imaginaires des personnes exilées

par Sabryn Daiki, Élise Roy et Théo Fort-jacques

planche publiée le 12 février 2021

Ce travail a été conduit dans le cadre d’un stage mené au laboratoire CRENAU - UMR AAU 1563, sous la direction de Théo Fort-Jacques et Elise Roy, au sein du Groupe de recherche Des mondes communs : ethnographier l’être ensemble. La démarche est motivée par la volonté de donner une voix à des hommes et des femmes aux récits aussi singuliers que complexes. Ces personnes qui, ayant fui les conflits armés, la répression, l’extrême pauvreté, se retrouvent à Nantes, décident d’y rester et parfois finissent par l’aimer. Si leurs récits racontent l’apprentissage d’une urbanité nouvelle, leurs pratiques donnent à voir la ville autrement.

NDLA

Dans l’esprit des travaux de l’urbaniste Kevin Lynch qui définissait « l’image collective » comme une représentation mentale commune à un groupe d’habitants d’une ville, cette planche appréhende un imaginaire partagé par les personnes exilées du square Daviais. La carte proposée est une synthèse des cartes mentales produite par d’anciens habitants du square Daviais, un an et demi après leur arrivée à Nantes. Cette proposition cartographique se veut une représentation sensible de Nantes telle qu’elle est pratiquée et perçue par ce groupe d’hommes. Loin des cartes classiques, la carte qui émerge de ces entretiens, entre science, art et militantisme, n’a finalement qu’une ambition : présenter une traduction possible du réel.

1Au départ de leur nouvelle vie dans cette nouvelle ville, le quotidien des personnes exilées est fait de découvertes, d’apprentissages et d’appropriations. Ce territoire, d’abord appréhendé comme une succession de lieux sans rapports, finit par constituer une entité dont la perception est vite enrichie par les pratiques quotidiennes, les souvenirs, les rencontres. Se détachent alors des images constitutives des réalités vécues des lieux et ces expériences donnent à voir une autre lecture de Nantes.

Recueillir la parole pour esquisser une géographie sensible

2 Lors d’un entretien individuel, cinq hommes réalisent des cartes mentales. Ils représentent les lieux qu’ils pratiquent et sont invités à mener une approche réflexive. Tous se sont installés à Nantes, au square Daviais, durant l’été 2018. Un début de parcours commun qui très vite a dévié, car si trois d’entre eux ont pu bénéficier de la mise à l’abri proposée par la ville lors de l’évacuation, les deux autres, absents ce jour-là, n’ont pu en profiter.

3Lors de l’entretien, les cartes mentales sont dessinées en prenant comme repère majeur la ligne 1 du tramway, décrit comme un moyen de déplacement simple. L’apprentissage et la découverte de la ville se fait à travers son utilisation. Cela conditionne pour beaucoup leur pratique et leur perception de l’environnement. En effet, les espaces majoritairement fréquentés s’articulent autour des arrêts de cette ligne. Les enquêtés ne peuvent prendre le risque de manquer une station, car se perdre ou demander son chemin peut constituer une expérience difficile. À l’inverse, l’orientation facilitée par la visibilité de la ligne de tramway participe à créer un sentiment de sécurité.

Trois types de lieux représentés

4Les lieux quotidiennement pratiqués par l’ensemble des interlocuteurs (figure 1) peuvent être regroupés en trois catégories principales : les lieux liés à des activités sportives ou culturelles, ceux pratiqués pour leur beauté et leur caractère naturel, enfin des lieux de sociabilité.

Figure 1 - Une géographie sensible de Nantes

Image

5Les espaces liés à des activités sportives sont systématiquement évoqués. Plusieurs terrains de football sont cités, mais c’est le parkour park (nommé « sport de Vincent Gâche ») près de la Guinguette qui fait l'unanimité. Ces espaces rendent possible l’interaction entre personnes exilées. Les interviewés évoquent aussi des lieux comme la médiathèque Jacques Demy. Alors qu’au départ y venir représentait surtout la possibilité de rester au chaud, charger son téléphone, avoir des sanitaires gratuits, ce lieu a ensuite été vu comme permettant de participer à des groupes de discussion, emprunter des livres, engager un apprentissage.

6 La présence d’éléments naturels participe du caractère accueillant de Nantes dans les représentations des personnes rencontrées. Le square Daviais (nommé aussi « jardin »), le jardin des plantes, les machines de l'île (nommé « l’éléphant »), les arbres en bord de Loire… Tous ces espaces vus comme « naturels » sont décrits comme des lieux de détente agréables et vivifiants. Certains, comme le square Daviais, sont porteurs d’une histoire commune qui les unit. D’autres sont associés aux souvenirs de leur pays natal, un retour qui «  interroge les qualités d’hospitalité inscrites dans les espaces traversés et réintroduit de la proximité dans l’éloignement, condition nécessaire à l’inscription dans les villes d’accueil  » aux yeux de la sociologue C. De Gourcy.

7 Enfin, les personnes rencontrées mentionnent des lieux de sociabilité, qui permettent de retrouver des amis. Il s’agit d’abord du marché alimentaire de la Petite Hollande (nommé « Marché du samedi » ou « Marché de Médiathèque »), mais aussi de la place du Commerce et du Feydball (nommé « place Bouffay »). Ces lieux sont liés à deux imaginaires opposés. Certains aiment ce caractère communautaire et l’opportunité de se retrouver entre personnes de connaissance, mais d’autres expriment une forme de ressentiment à l’égard de ces lieux, car les regards des passants et la présence policière accrue, que certains expliquent par leur pratique de la langue arabe et la présence remarquable de personnes noires, est vécue comme stigmatisante.

8 Contre toute attente, les entretiens et la carte réalisée transcrivent une expérience plutôt positive de l’espace nantais. Interroger les rapports à l’espace de ces personnes exilées, c’est tenter de saisir comment, par-delà la précarité des conditions d’accès à l’hébergement, au droit, au travail, par-delà même leur capacité de résilience et d’agir politiquement, la ville participe, par sa matérialité et les ressources qu’elle offre, à peser sur les conditions de vie. Ces hommes réussissent ainsi, par leurs usages de la ville, à se sentir appartenir à celle-ci, à y développer une forme « d’attachement ». L’histoire commune partagée dans ces espaces unit les personnes entre elles et aux lieux, de sorte que l’on peut y voir les prémices d’un imaginaire partagé à l’intérieur de ce groupe hétérogène de personnes exilées. Dans leurs pratiques et représentations de la ville, des lieux se retrouvent dotés de valeurs sentimentales et ouvrent des horizons.

Pour citer ce document

Sabryn Daiki, Élise Roy et Théo Fort-jacques, 2021 : « Pratiques spatiales et imaginaires des personnes exilées », in Atlas Social de la métropole nantaise [En ligne], ISSN : 2779-5772, mis à jour le : 12/02/2021, URL : https://asmn.univ-nantes.fr/index.php?id=560, DOI: en attente.

Autres planches in : Des groupes invisibles

Carte : S. Daiki, S. Charrier - 2021.

La trajectoire d’habiter de S. mineur isolé étranger dans la métropole nantaise

par Sabryn Daiki, Élise Roy et Théo Fort-jacques

Voirla planche intégrale 

Carte : S. Daiki, S. Charrier - 2021.

Retour sur les trajectoires d’habiter des personnes exilées du square Daviais

par Sabryn Daiki, Élise Roy et Théo Fort-jacques

Voirla planche intégrale 

Carte : J. Long, S. Charrier - 2021.

Du LU au square Daviais, chronique des mobilisations pour l’hébergement des étrangers à Nantes (2012-2018)

par Julien Long

Voirla planche intégrale 

Image : © Mairie de Nantes - 2009.

La ville attractive et la place des étrangers à Nantes (1989-2012)

par Julien Long

Voirla planche intégrale 

Carte : S. Charrier - 2021.

L’émergence d’une politique nocturne à Nantes : la nuit en débat ?

par Jeanne Leman

Voirla planche intégrale 

Le marché par ses déchets. Les invisibles (glaneurs) de Talensac

par Martin Manoury

Voirla planche intégrale 

Bibliographie

Babels, Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants, Lyon, Le Passager Clandestin, 2018.

Bacon O. et al., « Cartographier les mouvements migratoires », Revue européenne des migrations internationales, vol. 32, n° 3-4, 2016, p. 185-214. DOI : 10.4000/remi.8249

Cailly L., Pratiques spatiales, identités sociales et processus d’individualisation. Etude sur la constitution des identités spatiales individuelles au sein des classes moyennes salariées du secteur public hospitalier dans une ville intermédiaire : l’exemple de Tours, Université de Tours, Thèse de doctorat en géographie, 2004. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00397901.

Daiki S., Exilés de la ville : rencontre entre des hommes et leurs nouveaux lieux d’inscription, Roy E. et Fort-Jacques T (dir.), Nantes, Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes, 2019. https://dumas.ccsd.cnrs.fr/view/index/identifiant/dumas-02873629

De Gourcy C., « Le retour au prisme de ses détours ou comment réintroduire de la proximité dans l’éloignement », Revue européenne des migrations internationales, vol. 23, n° 2, 2007, p. 159-171. DOI :10.4000/remi.4184

Liagre R., « De la difficulté de cartographier les itinéraires migratoires clandestins », Espace populations sociétés, vol. 3, 2008, p 453-461. DOI : 10.4000/eps.3520

Lynch K., L’image de la Cité, Paris, Dunod, 1969.

Index géographique

Sabryn Daiki

Étudiante en master 2, École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (ENSA)

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Sabryn Daiki

9941504f15a99b6c49b64b470b21bbf4
Sabryn Daiki

Élise Roy

Maître de conférences en sciences humaines et sociales, École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, Laboratoire Ambiances Architectures Urbanités (AAU)/Crenau, UMR CNRS 1563

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Élise Roy

48b8309a78482166480a2a85dd428a09
Élise Roy

Théo Fort-Jacques

Docteur en géographie et aménagement, chercheur contractuel au sein du laboratoire Ambiances Architectures Urbanités (AAU)/Crenau, UMR CNRS 1563

Toutes les planches de l'auteur

Les derniers dépôts dans HAL-SHS de Théo Fort-jacques

eafb8d4ffb3dbf5f42cf026fdd721381
Théo Fort-Jacques

Résumé

Dans l’esprit des travaux de l’urbaniste Kevin Lynch qui définissait « l’image collective » comme une représentation mentale commune à un groupe d’habitants d’une ville, cette planche appréhende un imaginaire partagé par les personnes exilées du square Daviais. La carte proposée est une synthèse des cartes mentales produite par d’anciens habitants du square Daviais, un an et demi après leur arrivée à Nantes. Cette proposition cartographique se veut une représentation sensible de Nantes telle qu’elle est pratiquée et perçue par ce groupe d’hommes. Loin des cartes classiques, la carte qui émerge de ces entretiens, entre science, art et militantisme, n’a finalement qu’une ambition : présenter une traduction possible du réel.